Décompte des activités des formateurs Greta : pour une harmonisation vers le haut !

La CGT dénonce depuis des années les dérives concernant l’application forcée de coefficients intermédiaires aux heures formateurs. Un groupe de travail va être mis en place au niveau académique afin d’harmoniser les coefficients au sein du Greta du Limousin.

Le 4 décembre 2017, un courrier intersyndical CGT Educ’Action/UNSA Education a été envoyé au Délégué Académique à la Formation Professionnelle Initiale et Continue (DAFPIC).

Des représentants des personnels enseignants Greta présents dans les discussions sur le temps de travail

 

Ce courrier demandait qu’un représentant du personnel enseignant de chaque agence territoriale du Greta du Limousin (Corrèze, Creuse, Haute-Vienne) soit invité au Groupe de travail sur le référentiel et le décompte des activités des formateurs et formatrices.

Courant 2018, ce groupe de travail va plancher sur une question primordiale pour les personnels  : le temps de travail des formateurs Greta.

L’objectif est d’aboutir à une harmonisation des coefficients relatifs aux heures de formation au sein du Greta du Limousin.

Ils sont actuellement de :

  • 0,68 en Corrèze et en Haute-Vienne,
  • 0,73 en Creuse.

Ces coefficients intermédiaires non réglementaires ont été imposés il y a plusieurs années pour des raisons économiques afin de baisser le « coût » des formateurs et des formatrices.

Ils ont pour conséquence d’augmenter leur temps de travail.

Pour une amélioration des conditions de travail des formateurs et formatrices

La CGT revendique une harmonisation des coefficients vers le haut en rétablissant le coefficient 1 pour toutes les heures enseignement des formateurs conformément au Décret 93-412 du 19 mars 1993 .

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire