Les personnels GRETA en grande difficulté en région Auvergne-Rhône-Alpes

A la recherche d’économies, la formation professionnelle et continue est l’un des secteurs visés par le président de Région Laurent Wauquiez qui compte récupérer 40 M€ sur ce poste.

Coupes budgétaires dans les formations à destination des plus fragiles.

 

A ce régime, de nombreuses structures réduisent massivement leurs activités ou ferment. Pour sa part, le GRETA Vivarais Provence met en place ce qui ressemble fort à un plan social drastique. Plus aucun soutien sur le secteur formation d’insertion en 2018

C’est le cas pour le GRETA Vivarais Provence, actif sur tout le sud de la Drôme et de l’Ardèche.

Les marchés avec la Région sont conclus pour trois ans, renouvelables chaque année.

Pour l’exercice en cours, dont les formations courent jusqu’en juin 2018, l’enveloppe que la Région alloue au GRETA pour la formation d’insertion était déjà en baisse de 40 % par rapport à l’année précédente.

Le personnel a été informé récemment que sur l’exercice suivant, il n’y aurait tout simplement plus d’enveloppe.

Les personnes en reconversion, en réactualisation des compétences n’auront plus de soutien de Rhône-Alpes-Auvergne.

Alors que la formation professionnelle et continue est l’un des principaux leviers de la politique de l’emploi. « Merci la Région ! », ironise le personnel dans le communiqué qu’il nous a adressé.

Plan social au Greta

 

Face à cette situation, l’administration du GRETA a soumis aux salariés un plan « Emploi » qui ressemble fort à ce que dans le privé on appelle un plan social.

Les personnels en ont été informés lors de l’Assemblée générale qui a eu lieu le 4 octobre.

Le directeur académique à la formation continue, adjoint au recteur, était venu spécialement de Grenoble pour annoncer les mauvaises nouvelles.
Sur la base de ce projet, des entretiens sont menés depuis le 9 octobre jusqu’à aujourd’hui avec les personnels concernés.

Tous les contrats et statuts sont touchés : CDI/CDD, personnel administratif et enseignant, et vacataires enseignants.

« Aussi absurdes qu’injustes, chaque jour, des propositions sont faites », indique le personnel dans son communiqué : « contrats non reconduits, contrats reconduits à 5 %, contrats reconduits à 10 %, contrats reconduits à 15 %, 30 %, ou… partez ! ».

Alors que le GRETA est un service public censé mailler tout le territoire, il est envisagé de fermer le centre de formation de Pierrelatte, et l’Entreprise d’Entraînement Pédagogique de Thueyts.

Le recours au télétravail est également invoqué, ce qui laisse les agents perplexes puisque la force du GRETA est la personnalisation de l’accueil et l’élaboration de formations sur mesures.

Ce qui est difficilement envisageable autrement qu’avec une présence physique sur site.

Référence article : http://mediascitoyens-diois.info/2017/10/la-region-torpille-la-formation-continue-au-greta-un-plan-social-maquille-sous-le-nom-de-plan-emploi/

Lire aussi : Article la Montagne du 21 novembre

Mots-Clés : #
Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire