Réforme de la voie pro, ce qui s’annonce !

La CGT s’oppose aux projets des réformes des Lycée et participera à la construction de la mobilisation contre ces attaques d’ampleur avec toutes les forces qui partagent ses analyses.

Les  projets de réforme de la voie professionnelle et générale suppriment des postes, appauvrissent les formations, génèrent la concurrence entre les établissements et remettent en cause gravement la dimension nationale de notre système d’éducation. Ces réformes sont des menaces sans précédent pour les lycées. Les mesures qui seraient mises en œuvre dès la rentrée 2019 modifieraient profondément la finalité et les missions des établissements.

Elles remettraient en cause l’avenir professionnel de toute une partie de la jeunesse du fait de la déspécialisation et de la déqualification qu’elles généreraient.

Les projets de grilles horaires entérinent des suppressions de postes.

L’absence de garantie des moyens associée, la multiplication des marges d’autonomie impliqueront, dès la rentrée 2019, des organisations pédagogiques intenables et augmenteront les difficultés pour les jeunes et pour les personnels.

Grilles horaires lycées professionnels :

Grilles horaires definitives CSE

famille de metiers relations clients            famille de métiers transports logistique

Grilles horaires lycées généraux et technologiques :

LG nouvelle seconde blanquer

Lycée G nouvelle première blanquer

Au-delà des réformes des lycées, la politique du gouvernement détruit de nombreux acquis sociaux, favorisant notamment l’explosion des inégalités et la casse des droits collectifs.

 

Le rapport CAP 2022 cible directement le statut général des fonctionnaires, en vidant de leur sens les commissions administratives paritaires ce qui permettra à l’administration locale de mettre en place ses propres règles de gestions.

L’objectif assumé de ces mesures est de permettre une réduction d’ampleur de l’emploi public.Comme dans d’autres domaines, l’hôpital, l’université, les directions de l’équipement, les finances publiques, ces restructurations administratives se traduiront invariablement par une dégradation du service public.

Dans les mois prochains, le gouvernement souhaite mettre en place un système de retraite par points qui ne garantira ni le montant de la pension ni l’âge de la retraite. C’est à l’opposé de l’intérêt de l’immense majorité des salariés et des revendications portées par la CGT.

De plus, le gouvernement poursuit sa réforme territoriale à marche forcée, au 1er janvier 2020 les 13 régions constitueront autant d’académies.

Le recteur de ces nouvelles entités aurait par conséquent une grande latitude dans la définition de la politique éducative régionale. Les conséquences en termes de fermetures d’écoles, de collèges, de lycées généraux, technologiques et professionnels seront dramatiques.

La CGT Éduc’action considère qu’il faut développer les services publics et améliorer les conditions de travail des agents, cela ne peut pas se faire par des destructions d’emplois publics. Elle considère également qu’il faut construire une École émancipatrice qui donne plus à celles et ceux qui ont le moins, cela nécessite des moyens supplémentaires et non l’inverse.

La CGT Éduc’action s’engage à poursuivre les mobilisations, dans la durée, pour défendre le service public d’ éducation.

 

Mots-Clés : #
Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire