Mardi 9 octobre : grèves et manifestations interprofessionnelles

Les organisations syndicales de salariés, d’étudiants et de lycéens – la CGT, FO, Solidaires, UNEF et UNL appellent à se mobiliser contre la politique de destruction de notre modèle social, favorisant notamment l’explosion des inégalités et la casse des droits collectifs.

MANIFESTATIONS MARDI 9 OCTOBRE 10h30 à Limoges (Carrefour Tourny) et Guéret (51 avenue Gambetta), 14h à Brive (face à la CCI)

 

Cette politique relève d’une logique d’individualisation mettant à mal la solidarité et la justice sociale, valeurs essentielles de la cohésion sociale, et fragilisant une fois de plus les plus faibles, les précaires et les plus démunis.

Qu’il s’agisse :

  • des risques qui pèsent sur les droits des salariés-es et demandeurs d’emploi en matière d’assurance chômage ;
  • de la remise en cause du droit à l’avenir des jeunes par l’instauration d’une sélection à l’entrée de l’enseignement supérieur et par le gaspillage que constitue le service national universel ;
  • des atteintes au service public, en particulier CAP 22 ;
  • des attaques portées à notre système de santé ;
  • de la destruction de notre système de retraites ;
  • du gel des prestations sociales.

Alors soyons tous unis le 9 Octobre 2018 pour :

  • Des augmentations de salaire et de pension ;
  • Des services publics répondant aux besoins et avec les moyens humains et matériels nécessaires (Hôpitaux, EHPAD, Ecoles, Universités, etc) ;
  • L’arrêt des attaques sur notre système de retraite et pour un droit à la retraite à 60 ans à taux plein et en-deçà pour les travaux pénibles ;
  • La sauvegarde de notre sécurité sociale et de son financement par les cotisations et non par l’impôt ;
  • L’amélioration des conditions de travail ;
  • L’arrêt des attaques contre la prise en charge des privés d’emploi (formation, accompagnement etc) et la baisse future des indemnités ;

Les organisations signataires appellent le gouvernement à entendre les attentes sociales multiples qui s’expriment dans le public et le privé, par les actifs, les jeunes, les demandeurs d’emploi et les retraités-es, et qu’il ne soit plus uniquement guidé par l’obsessionnelle diminution de la dépense publique.

Au moment où est annoncée une fois encore l’explosion des dividendes en France et dans le monde, il est temps de mener une politique de partage des richesses pour augmenter les salaires, les pensions et les minima sociaux.

Face à cette situation et à des décisions régressives qui s’opposent aux demandes légitimes des travailleurs et de la jeunesse, l’heure est à la défense des fondements de notre modèle social et à la conquête de nouveaux droits.

 

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire